S'abonner à flux Les News de l'UNAF Les News de l'UNAF
L'UNAF est l'institution nationale chargée de promouvoir, défendre et représenter les intérêts de toutes les familles vivant sur le territoire français, quelles que soient leurs croyances ou leur appartenance politique. Elle anime le réseau des 100 Unions Départementales des Associations Familiales (UDAF) et des 22 Unions Régionales des Associations Familiales (URAF), et les appuie dans leurs missions institutionnelles et de services aux familles.
Mis à jour : il y a 1 heure 58 min

L'Unaf présente à la réunion organisée à Bercy par les ministres sur la « Protection des mineurs contre la pornographie en ligne »

lun, 12/23/2019 - 12:13

Le 19 décembre dernier, la Directrice générale de l'Unaf, Guillemette Leneveu, a participé à la rencontre sur la « Protection des mineurs contre la pornographie en ligne », tenue par Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du numérique et Adrien Taquet, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé. Olivier Gérard, Coordonnateur du pôle « Médias - Usages numériques » à l'Unaf, était aussi présent.

Lors de cette rencontre et en l'absence d'accord d'un certain nombre d'opérateurs, la signature du protocole d'engagements de lutte contre l'accès aux contenus pornographiques n'a pu être signée et a été reportée au 17 janvier prochain.

Les deux ministres ont néanmoins rappelé la volonté du Président de la République d'avancer sur ce chantier et les secrétaires d'Etat ont clairement indiqué que des dispositions contraignantes seraient prévues dans un futur projet de loi à défaut d'un engagement des signataires.

A cette occasion, l'Unaf a rappelé que l'accès incontrôlé des mineurs à la pornographie avait des conséquences néfastes pour l'enfant et que de nombreux parents souvent désemparés ne comprenaient pas pourquoi peu était fait pour faire face à cette situation. C'est pourquoi, pour l'Unaf, il est grand temps que chacun prenne ses responsabilités.
L'Unaf a ainsi invité l'ensemble des acteurs présents à s'engager pleinement dans la signature de ce protocole pour parvenir dans des délais brefs à la mise en œuvre de mesures concrètes et adaptées aux enjeux.

0.6

Le collectif « Alzheimer Ensemble Construisons l'avenir » dont l'Unaf est membre, organise à Nantes, sa 2e rencontre territoriale le 23 janvier 2020

lun, 12/23/2019 - 12:12

Le collectif « Alzheimer Ensemble Construisons l'avenir » dont l'Unaf est membre, organise sa 2e rencontre territoriale le 23 janvier 2020 à Nantes.

Le collectif, créé à l'initiative de la Fondation Médéric Alzheimer et auquel l'Unaf appartient, s'engage à relever le défi du vieillissement cognitif et à favoriser l'émergence d'une société accueillante, inclusive et solidaire.

Dans cette perspective, la journée du 23 janvier aura pour thème « Améliorer l'accompagnement ». Elle sera l'occasion de discuter des enjeux de l'accompagnement par des professionnels, des personnes malades et des aidants. Des initiatives sur ce thème seront également présentées par les porteurs de projets.
N'hésitez pas à vous inscrire !

Pour découvrir le programme de la journée ou vous inscrire, cliquez ici

Vous pouvez partager vos initiatives à destination des personnes ayant des troubles cognitifs, de leurs aidants familiaux et de leurs accompagnants professionnels via la plateforme digitale du Collectif Alzheimer Ensemble en cliquant ici

@ : cbouillot unaf.fr

2

L'Udaf de la Mayenne au cinéma !

lun, 12/23/2019 - 12:12

A l'occasion de la sortie du film de Sarah Suco « Les Eblouis », l'Udaf de la Mayenne a organisé le 10 décembre dernier, une soirée ciné-débat, autour des dérives sectaires, au cinéville de Laval. Le débat en présence d'associations partenaires, de membres de l'Education Nationale et de la Préfecture a été riche en échange.

Et parce que lorsque l'on aime, on ne compte pas : dès le lendemain de cette projection, l'Udaf intervenait au cinéma d'Evron pour échanger autour de ce film.

@ : udaf53 udaf53.unaf.fr

53

Journée Départementale des Familles et remise des médailles de la Famille

lun, 12/23/2019 - 12:12

Le 14 décembre 2019 au RSMA de Mayotte, a eu lieu la journée Départementale des familles ainsi que la Remise des Médailles de la Famille.
Une nouvelle convention a été ré établie entre le régiment du service militaire adapté (RSMA) et l'Udaf.

Combiner les deux journées qui réunissent l'ensemble des familles du territoire a été un franc succès.

Par ces deux évènements, L'Udaf et L'Etat ont voulu d'une part, mettre l'accent sur la nécessité d'encourager les familles sur l'éducation de leurs enfants et d'autre part insister sur l'importance de la cohésion sociale dans le département.

C'est pourquoi le thème sur la parentalité a été choisi, une manière de rappeler aux parents la responsabilité envers leurs enfants.

Le Président et son conseil d'administration, remercie l'ensemble des personnalités politiques qui étaient présentes à cette journée incontournable dédiée aux familles.

@ : cdaouda udaf976.unaf.fr

976

L'UNAF dans les médias

lun, 12/23/2019 - 12:12
Presse nationale :

France Info – 17/12/2019 – Interview de Guillemette Leneveu, Directrice générale de l'Unaf sur la réforme des retraites « Retraites : le projet de réforme annoncé provoque une fronde syndicale ».

France 5 – 17/12/2019 - Interview de Guillemette Leneveu, Directrice générale de l'Unaf dans l'émission C'est dans l'air présentée par Caroline Roux : « Retraites : du monde dans la rue, ça change quoi ? ». Diffusée le 17.12.19 à 17h47, voir en replay

Le Figaro - 19/12/2019 - « La révolte des mères de famille contre la réforme des retraites »

J-15 avant le 1er Salon des familles dont l'Unaf est partenaire

lun, 12/23/2019 - 12:12

L'Unaf interviendra à la première édition du Salon des familles qui aura lieu à Paris, Porte de Versailles, du 10 au 12 janvier 2020. Cet évènement réunira dans un même univers les professionnels de la petite enfance ainsi que les futurs parents, les grands-parents et les enfants de 0 à 6 ans.

Objectif : sensibiliser le grand public et les professionnels sur divers sujets : la grossesse, la maternité, la paternité, la petite enfance et des sujets sociétaux comme l'écologie, le cyberharcèlement, l'inclusion, l'alimentation saine et équilibrée, l'activité physique…

250 exposants seront accueillis au cœur de 8 villages thématiques : puériculture, santé, bien-être, culture, loisirs mais aussi un village institutions, fédérations et associations.

Au vu de son expertise spécifique dans le champ de la petite enfance et du soutien à la parentalité, l'Unaf a été invitée à participer à ce salon des familles. Elle interviendra notamment lors de 3 conférences et tables-rondes :

• samedi 11 janvier de 14h à 15h15 : Conférence sur « La place des pères », animée par Jean-Philippe Vallat, en charge de la Direction des politiques et actions familiales et des études à l'Unaf.

• samedi 11 janvier de 14h à 15h15 : Table ronde « Internet et sécurité des enfants » avec la participation d'Olivier Gérard, coordonnateur du pôle « médias et usages du numérique » à l'Unaf.

• dimanche 12 janvier de 15h45 à 17h : Conférence sur « Le rôle des grands-parents, aujourd'hui » animée par Zoé Bernon, chargée de mission parentalité à l'Unaf.

Retrouvez les exposants et le programme des conférences sur : www.salondesfamilles.com
Inscriptions : Je m'inscris !

2

Le Père Noël n'oublie pas les petits souliers des enfants du personnel de l'Udaf de la Haute-Loire

lun, 12/23/2019 - 12:12

Mercredi 18 décembre, le Père Noël, en provenance directe du grand nord, a débuté sa distribution de cadeaux en Haute-Loire en rendant visite aux enfants du personnel de l'Udaf.

Cette année, plus de 40 enfants et leurs parents, ont été accueillis à la MJC Auguste DUMAS d'Espaly St Marcel pour assister au tout dernier spectacle de la compagnie La Malle en Cartoon.

Après ce moment récréatif, le Père Noël est enfin arrivé apportant aux enfants une montagne de cadeaux.

Après la distribution et une petite séance photos, tout le monde s'est retrouvé autour du goûter afin de déguster les bûches et diverses friandises.

@ : f.rioufreyt udaf43.org

43

PJM et Elections municipales : saisine par l'Interfédération (Unaf, Fnat et Unapei) du Ministre de l'Intérieur pour une effectivité du droit de vote des personnes protégées

lun, 12/23/2019 - 12:12
Personnes Protégées : Elections municipales : le droit de vote doit être effectif !

L'interfédération (Unaf, Fnat et Unapei) a saisi le ministre de l'Intérieur sur la nécessaire effectivité du Droit de vote des personnes protégées, et plus largement celles en situation de Handicap ou de vulnérabilité. Elle propose des solutions d'accompagnement qui doivent être mises en place par les services de l'Etat, a fortiori en vue des élections municipales en mars prochain.
+ Lire.

Comme vous le savez, cette année le législateur a renforcé le droit de vote des personnes en tutelle. Désormais, l'ouverture d'une mesure de protection ne peut justifier d'aucune interdiction ni restriction à l'exercice de ce droit fondamental.

Cette évolution a été saluée par l'ensemble des acteurs de la protection juridique des majeurs. Toutefois, ce droit doit être effectif : des mesures d'accompagnement des personnes en difficultés doivent être prises.

Le courrier de saisine propose des solutions d'accompagnement qui doivent être mises en place par les services de l'Etat, a fortiori en vue des élections municipales en mars prochain :

• « Rappeler les modalités d'exercice du droit de vote pour les personnes protégées »

• « Permettre que les personnes handicapées intellectuelles et cognitives soient autorisées à être accompagnées dans l'isoloir »

Outils d'informations

Pour mémoire, nous vous retransmettons des outils d'accompagnement :

Le guide pratique (en PJ), élaboré par l'association HANDEO, qui a pour objectif « de mieux connaître les services d'aides humaines, les différents types d'élection, les étapes du vote, de savoir qui peut voter, pourquoi solliciter un service d'aides humaines pour être accompagné et avoir quelques repères juridiques." Pour en savoir +

Un Manifeste d'Inclusion Europe à destination des personnes handicapées, leurs familles, des partis politiques et des candidats, pour que les personnes handicapées intellectuelles et leurs familles puissent faire entendre leur voix dans ces élections.

Contact : lsochon unaf.fr

0.1

REAAP : « De l'attachement au détachement, quel maillage construire avec et pour les familles ? »

lun, 12/23/2019 - 12:12
Journée départementale Réseau Parentalité REAAP : « De l'attachement au détachement, quel maillage construire avec et pour les familles ?

Le 3 décembre 2019, avait lieu la journée départementale du Réseau Parentalité REAAP, co-animée sur la Drôme par l'Udaf, la CAF et le Département. Elle portait sur le thème « De l'attachement au détachement, quel maillage construire avec et pour les familles ? ». L'occasion de croiser le matin, les interventions de :

  • Susana Téréno, Docteur en psychologie clinique, Enseignante-chercheur à l'Institut de psychologie de l'Université Paris Descartes,
  • Adeline Gouttenoire, Professeur à la faculté de droit de Bordeaux, Directrice de l'Institut des mineurs et Présidente de l'Observatoire Départemental de la Protection de l'Enfance de la Gironde.

L'après-midi était réservé à des ateliers pour partager les témoignages de structures locales qui travaillent ces questions de l'attachement avec les familles :

  • au moment de la naissance, avec le service social d'un hôpital, un Relais Naissance, le pôle parentalité de l'agglomération de Valence, un multi-accueil, les services PMI du Département,
  • de l'adoption ou de l'accueil de jeunes migrants, avec les associations Enfance & Familles d'Adoption Drôme Ardèche, Pluriels, le Point Relais Oxygène de Valence, le service adoption du Département,
  • de situations de placement, avec Les Tracols, l'AMAPE (Association Maison d'Accueil Protestante pour Enfants), une psychologue et une assistante familiale des Services de l'Aide Sociale à l'Enfance,
  • de séparation, avec un centre social, le service médiation de la Sauvegarde de L'enfance, le service social de la CAF, le CIDFF de la Drôme.

250 participants étaient présents à cette journée et ont pu contribuer à des échanges riches et constructifs.

Le contenu de ces interventions a été enregistré et sera bientôt disponible sur notre site www.udaf26.fr. Cette rencontre a également fait l'objet d'un sketchnote pour retranscrire de manière visuelle et synthétique les points forts de ces échanges.

@ : abonnin udaf26.unaf.fr

26

Actualités législatives du 16 au 20 décembre 2019 : projet de loi de finances pour 2020

lun, 12/23/2019 - 12:12
Actualités législatives du 16 au 20 décembre 2019 : projet de loi de finances pour 2020

Après un échec de la Commission mixte paritaire le 10 décembre, les députés ont examiné en nouvelle lecture le PLF pour 2020 les 16 et 17 décembre 2019 et les sénateurs le 18 décembre. La lecture définitive du PLF pour 2020 par les députés est intervenue le 19 décembre.

Sur le fond, plusieurs articles sont à souligner dans ce projet de loi de finances pour 2020.

L'article 2 procède aux mesures traditionnelles de revalorisation de l'impôt sur le revenu en fonction de l'inflation. Ainsi, les tranches d'imposition applicables sur le revenu de l'année 2019 sont revalorisées de 1 %. Cette revalorisation de 1 % sur le plafond d'une ½ part de quotient familial de droit commun porte le montant de 1 551 € à 1 567 €. Cet article prévoit également trois mesures dont l'effet combiné est de permettre une baisse d'impôt de 5 milliards d'euros en 2020 concentrée sur les contribuables dont le taux marginal relève des deux premières tranches d'imposition.
A noter que le Sénat avait adopté un amendement de la commission des finances avec un avis défavorable du Gouvernement, qui relevait le plafond du quotient familial par demi-part de 1 567 euros à 1 750 euros. L'objectif des sénateurs était « d'accroître la redistribution horizontale » et de « redonner du pouvoir d'achat aux familles ». Au final cet amendement a été retiré du texte en raison de son coût budgétaire et de son faible effet redistributif.

L'article 4 proroge le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) pour une durée d'un an, soit jusqu'au 31 décembre 2020 mais en introduisant une condition de ressources. Ainsi, il exclut les ménages dont les revenus sont supérieurs à 27 706 euros pour la première part de quotient familial, majorée de 8 209 euros pour chacune des deux demi-parts suivantes et de 6 157 euros pour chaque demi-part supplémentaire à partir de la troisième. Modulo une légère revalorisation liée à la prise en compte de l'inflation, ces plafonds correspondent à ceux retenus pour identifier les 80 % de redevables éligibles au dégrèvement de la taxe d'habitation institué par la loi de finances pour 2018. Les 20 % des ménages les plus aisés sont donc exclus du champ du dispositif de prorogation en 2020 du CITE, à l'exception des dépenses pour les systèmes de charge pour véhicules électriques.

A l'article 7, qui limite dans le temps les dépenses fiscales afin d'en garantir l'évaluation ou supprime des dépenses fiscales inefficientes, l'Assemblée nationale a jugé préférable de ne pas borner dans le temps le crédit d'impôt famille (CIF) pour éviter tout risque de pénalisation excessive du secteur économique intéressé à travers une potentielle remise en cause du financement de projets d'achat ou de location de places de crèche, qui ont souvent un caractère pluriannuel. Sensible à une telle préoccupation, la commission des finances avait déjà décidé de repousser le terme du bornage de deux ans, pour le fixer au 31 décembre 2023. En séance, l'Assemblée a supprimé ce bornage pour y substituer la remise d'un rapport évaluant en détail le CIF afin d'en présenter les effets et les perspectives d'évolution, incluant un volet dédié à l'éventuelle opportunité d'un bornage temporel de l'outil et l'incidence qu'il pourrait avoir.
Au rang des mesures fiscales et budgétaires non rattachées, il convient de noter les articles suivants :

L'article 50 bis a été adopté conforme par les députés et les sénateurs contre l'avis défavorable du Gouvernement. Il maintient le PTZ pour les logements neufs sur tout le territoire jusqu'au 31 décembre 2021 alors que qu'il était prévu qu'à compter du 1er janvier 2020, le PTZ soit réservé aux logements neufs situés en zones très tendues (zones A et B1) mais supprimé pour ceux situés en zones B2 et C, à l'exception des logements ayant donné lieu à un contrat de location-accession signé avant le 1er janvier 2020.

  • Le prêt à taux zéro est le principal dispositif de financement de l'accession sociale à la propriété.
  • La réduction de moitié de sa quotité puis sa disparition à compter du 1er janvier 2020 pour les opérations dans les communes situées en zones B2 et C (soit 93 % des communes métropolitaines) constitue un coup d'arrêt à l'accession à la propriété et à la construction pour une très grande partie du territoire français et ses habitants.
  • Le Gouvernement n'ayant pas levé le gage sur cet article, il reste encore à financer cette mesure de prolongation.

@ : cmenard unaf.fr

5

Municipales et renouvellement des CCAS en 2020 : la Présidente de l'Unaf, face caméra, encourage les bénévoles à venir représenter les familles

lun, 12/23/2019 - 11:58
Présents dans 10 000 centres communaux d'action sociale en France, les représentants familiaux désignés par les Udaf forment le plus grand corps de représentation dans les CCAS et CIAS et la plus grande représentation familiale.

Présents dans 10 000 centres communaux d'action sociale en France, les représentants familiaux désignés par les Udaf forment le plus grand corps de représentation dans les CCAS et CIAS et la plus grande représentation familiale.

Aujourd'hui, 8000 représentants familiaux assurent la représentation des familles dans ces instances de grande proximité. En mars 2020, à l'issue des élections municipales, tous les membres des CCAS et CIAS de France vont être à nouveau désignés par les maires et les présidents d'intercommunalités.

Il nous faut dès aujourd'hui recruter des bénévoles pour assurer cette représentation.

En 3 minutes, la Présidente de l'Unaf, Marie-Andrée Blanc, explique le rôle des représentants familiaux en CCAS et CIAS et les actions concrètes auxquelles ils pourront participer pour améliorer la vie des familles dans leur commune.

0.5

Participation de l'Unaf au Forum du collectif « stop à l'exclusion énergétique »

lun, 12/23/2019 - 11:58

L'Unaf, représentée par Simone Sitbon chargée de mission environnement et développement durable, a participé au Forum du collectif « stop à l'exclusion énergétique » qui s'est tenu le 18 décembre dernier, à Paris.

La précarité énergétique concerne 12 millions de personnes dont les plus touchées sont les familles monoparentales et les étudiants.

La plupart des ménages en précarité vivent dans les 8 millions de logements classés de F à G dénommés « passoires thermiques ». Leur facture énergétique est plus élevée que la moyenne des français alors que leur logement n'est pas mieux chauffé entraînant des problèmes de santé notamment sur les jeunes enfants.

Rappelons qu'un ménage est en situation de précarité énergétique lorsqu'il dépense plus de 8% de ses revenus pour sa facture énergétique (chauffage, éclairage, cuisson, froid,...). La raison est souvent due à l'inadaptation des conditions d'habitat.

La France a reconnu que la lutte contre la précarité énergétique est une question désormais de politique publique au croisement du social, de l'environnemental et de la santé. Des moyens financiers et des outils d'accompagnement ont été mis en place pour inciter les ménages précaires à réaliser des travaux de rénovation mais force est de constater qu'ils ne sont pas à la hauteur des enjeux. Nombre d'acteurs font le constat d'un saupoudrage des aides publiques, d'un manque de lisibilité et d'un changement de braquet d'un PLF sur l'autre.

Le collectif « stop à l'exclusion énergétique », composé d'acteurs tant publics que privés, entend sortir un million de personnes par an de la précarité énergétique et a livré, à l'occasion de ce forum, un scénario en 10 points qui place l'humain et le préventif au centre de ses propositions.

Ces dernières reposent sur une meilleure information et formation globale des acteurs, des outils ambitieux de performance énergétique, une diffusion des bonnes pratiques et une coalition des parties prenantes sur tous les territoires.

Ce scenario sera présenté aux pouvoirs publics pour faire de la précarité énergétique la grande cause nationale 2020.

Le réseau des Unaf-Uraf-Udaf est au travers de ses travailleurs sociaux, des mandataires aux majeurs protégés, des services de proximité aux familles, des PCB..., partie prenante de la lutte contre la précarité énergétique et devrait se retrouver dans la proposition d'une formation globale à cette problématique qui manque tant aujourd'hui pour mieux sortir les familles de la précarité énergétique.

+ Lire

3.5

« Familles et énergie » au rendez-vous des Matinales de l'Udaf du Tarn

lun, 12/23/2019 - 11:58

Dans le cadre des Matinales, l'Udaf du Tarn avait invité Madame Billon Giboin, Correspondante solidarité et relations externes du groupe ENGIE, pour évoquer divers sujets relatifs à l'énergie : les acteurs du marché de l'énergie, la fin des tarifs réglementés de vente de gaz naturel, le chèque énergie ou encore les éco gestes pour maîtriser sa consommation d'énergie.

De nombreux représentants familiaux venus en particulier des associations familiales agréées comme associations de consommateurs avaient répondu favorablement à l'invitation.

La situation actuelle et les évolutions à venir ont suscité de nombreuses questions.

Ce temps d'échanges a permis à chacun de repartir avec des réponses précises qui seront bien utiles lors des permanences hebdomadaires assurées par les associations familiales et de consommateurs.

@ : ctownshend udaf81.unaf.fr

81

Réforme des retraites : l'Unaf auditionnée par le groupe La République en Marche sur les droits familiaux

lun, 12/23/2019 - 11:57

Mercredi 19 décembre, Guillemette Leneveu, Directrice générale de l'Unaf et Jean-Philippe Vallat, en charge de la Direction des Politiques et actions familiales et des études, ont été reçus en audition par le député de la Haute-Savoie, Xavier Roseren, co-animateur avec la députée de Gironde, Catherine Fabre du Groupe d'animation politique au sein du Groupe LaRem sur la réforme des retraites. Claire Ménard, Chargée des relations parlementaires, les accompagnait.

A l'ordre du jour de cette rencontre, les droits familiaux de retraite dans le futur système universel de retraite à points.

L'Unaf a tout d'abord rappelé que dans la concertation menée depuis deux ans, les droits familiaux ont été assez peu évoqués et les questions que la réforme suscite les concernant ont émergé très récemment.
Les droits familiaux sont une construction avec 3 briques principales : la majoration de durée d'assurance (MDA), l'assurance vieillesse des parents aux foyers (AVPF), la majoration de pension de 10 %.

L'Unaf a ensuite rappelé que les droits familiaux de retraite représentaient plus de 20 milliards d'euros et 10 % des retraites des femmes en sachant que 70 % du montant de ces droits sont attribués directement en droits propres aux femmes.
L'Unaf a souligné que si les droits familiaux sont perfectibles, les critiques formulées à leur encontre sont néanmoins injustes et cela pour plusieurs raisons :

  • Parfois considérés comme trop favorables aux hommes du fait la majoration de 10 %, il est important de rappeler que 70% du montant total de ces droits vont aux mères de famille en droits propres via la MDA et l'AVPF.
  • S'agissant du ciblage sur les familles nombreuses, il faut rappeler que la bi-activité au sein des couples baisse avec 3 enfants avec une chute du taux d'activité des femmes à partir du 3e enfant. Les droits familiaux de retraite viennent en partie tenir compte de cette baisse. Les familles nombreuses sont aussi les plus touchées par la pauvreté et ces droits agissent sur le niveau de vie. On ne peut donc parler d'avantages octroyés aux familles nombreuses. Il convient de rappeler que les familles nombreuses représentent 18 % des familles. Le nombre de familles de 3 enfants est de 14% et n'a pas changé depuis 40 ans. 13% des familles nombreuses sont monoparentales. Ce n'est donc pas un sujet anodin.
  • S'agissant du caractère universel du système, il faut rappeler que l'AVPF et la MDA sont fortement centrées sur les femmes de condition modeste et les majorations de pension, même si elles sont proportionnelles, ont été fiscalisées depuis 2014.

L'Unaf a ensuite détaillé les mesures concernant les droits familiaux dans le rapport Delevoye et les premières évolutions annoncées par le Premier Ministre au CESE le 11 décembre dernier, tout en soulignant les points d'inquiétude qui persistent.

Sur la bonification de 5% des points par enfant dès le premier enfant
L'Unaf est favorable à une modulation du pourcentage de bonification en le rehaussant à partir du 3e enfant, mais les familles nombreuses restent doublement perdantes avec, en plus, la perte des trimestres supplémentaires (MDA).

L'Unaf s'interroge sur la pertinence de l'attribution de la bonification par défaut à la mère. Dans un couple, on réfléchit aussi à ce qui avantage la famille donc la bonification sera meilleure si elle est portée au compte des points du père s'il gagne plus que la mère, même si 25 % des femmes gagnent plus que leur conjoint. Quant à l'objectif de simplification du système, voulu par l'exécutif pour un système universel plus lisible, il pourra être mis à mal lorsque les parents feront un premier choix au premier enfant (bonification à la mère), un autre choix au 2e enfant (bonification au père) et un 3e choix au 3e enfant (partage de la bonification).
Attention à la mise en place d'un système de choix par défaut à la mère, qui pourrait, en réalité, se traduire par des économies substantielles, et donc défavorables aux familles. Pour ces raisons, l'Unaf préfèrerait une option instaurant le partage par défaut.

Sur l'AVPF, les annonces du Premier Ministre de l'étendre jusqu'aux 6 ans de l'enfant c'est-à-dire au-delà des trois ans prévus par le rapport Delevoye répond en partie aux attentes de l'Unaf.

L'Unaf a toutefois plusieurs interrogations sur le système qui sera mis en place.
Avec la réforme de la PreParE avec partage obligatoire entre les deux parents du congé parental, les familles ont perdu 1 an d'indemnisation de ce congé. Si l'AVPF est conditionnée par le versement de la PreParE ou de l'AB de la PAJE, comment sera prise en compte cette année manquante d'indemnisation ? Dès lors, l'Unaf :

  • demande des simulations portant spécifiquement sur des femmes prenant un congé parental avec différents profils de ressources et de nombre d'enfants,
  • souhaite aussi connaître l'impact de la réforme sur la pension des mères de famille de condition modeste avec 3 enfants et plus,
  • s'interroge sur les économies importantes qui seront faites sur l'AVPF puisque plus d'1/3 des affiliations à l'AVPF sont aujourd'hui liées au versement du complément familial, un mode d'affiliation qui disparaît avec la réforme.

Sur la réversion, l'Unaf a fait mention de ses inquiétudes à trois niveaux

  • La réversion ne sera versée qu'à compter de 62 ans là où aujourd'hui, la plupart des régimes font débuter la réversion à 55 ans. Dans les cas de veuvage précoce, il y aura des difficultés matérielles pour le conjoint survivant déjà fortement ébranlé par la perte de son conjoint. L'Unaf a rappelé que le Haut conseil de la famille avait préconisé sur ces cas une généralisation de la couverture décès avec ce qui a été fait pour le risque santé avec l'ANI, voire une obligation de couverture complémentaire de prévoyance.
  • Le changement de mode de calcul fera des perdants notamment dans les couples ayant des pensions équivalentes.
  • En cas de divorce, l'option retenue semble être d'établir un solde de tout compte au moment du divorce et de ne pas avoir de réversion ultérieurement. L'Unaf a rappelé qu'avec la déjudiciarisation de la procédure de divorce, il existait une réelle incertitude sur la capacité du juge à régler cette question au moment du divorce.

Les inquiétudes persistantes sur la MDA

La suppression de la MDA dès l'entrée en vigueur de la réforme est une source d'inquiétudes fortes. Cette majoration de durée d'assurance représente une dépense de 7 milliards d'euros, qui est appelée à disparaître alors qu'elle est utile pour plus de 80% des femmes qui partent à la retraite. Dans 65% des cas la MDA améliore le montant même de la pension.

Les bonifications de 5% par enfant visent à remplacer majorations de pensions et MDA. Or, dans l'hypothèse où les mères de trois enfants prises individuellement ne perdraient pas sur leur situation propre, elles risquent fortement de subir le préjudice lié à la perte totale de la majoration due aux pères.

Enfin, quel est l'impact de la suppression de la MDA sur l'âge de départ en retraite des femmes ? L'Unaf a alerté sur l'absence de simulations. Aujourd'hui, la MDA permet à plus de 20% des femmes de partir plus tôt. Il existe donc un risque que les femmes subissent une décote si elles partent avant 64 ans ou bien qu'elles arrivent à 64 ans avec de faibles pensions.

Pour l'Unaf, il faut d'urgence une transparence sur les projections financières et transferts financiers sur lesquels le Gouvernement a travaillé : économies dégagées par la réforme de l'AVPF, économies dégagées par la transformation des majorations pour les familles nombreuses, économies par la suppression de la MDA, coûts induits par l'extension de la bonification aux familles de 1 à 2 enfants. Ceci permettra de faire la clarté sur les pertes et les gains pour les familles avec charge d'enfants.

@ : cmenard unaf.fr

1

Congé parental : l'Unaf est intervenue à une rencontre tenue par Marlène Schiappa et Christelle Dubos

lun, 12/23/2019 - 11:57

Dans le cadre de la préparation du projet de loi sur l'émancipation économique des femmes, la Directrice générale de l'Unaf, Guillemette Leneveu, a participé aux côtés de plusieurs experts, à une rencontre tenue par Marlène Schiappa, Secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations et Christelle Dubos, Secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, sur le sujet des congés parentaux.

Au cours de cette rencontre, Marlène Schiappa a indiqué que plusieurs scenarii étaient étudiés suite à la mission de l'Igas sur l'évolution des congés parentaux.
Christelle Dubos a, quant à elle, souligné le lien à faire avec le volet des modes d'accueil de la petite enfance.

Pour l'Unaf, il convient de tirer un enseignement de la réforme catastrophique de la PreParE qui a conduit :

  • à l'effondrement des prestations et à la baisse de l'indemnisation ;
  • à la diminution du nombre de pères prenant un congé parental ;
  • à une augmentation de 40 % du taux de chômage des mères de jeunes enfants ;

Aujourd'hui, seuls 5 % des parents ont recours PreParE (ex congé parental indemnisé)

L'Unaf a aussi souligné l'importance de la problématique de l'accueil de la petite enfance. Toute réforme de congé parental doit être associée à une réforme de l'accueil de la petite enfance. Ces deux sujets sont à traiter ensemble au risque de nuire aux parents et donc aux mères.

L'échec de la réforme de la PreParE montre qu'il est nécessaire de prendre en compte les aspirations des parents eux-mêmes car :

  • plus de 80 % des parents souhaitent garder leur enfant jusqu'à l'âge de 6 mois,
  • 45 % des parents souhaitent garder leur enfant jusqu'à l'âge d'un an,
  • et même au-delà, jusqu'aux 2 ans voire 3 ans de l'enfant, plus de 20 % souhaitent garder leur enfant.

Rappelons aussi qu'aujourd'hui, l'accueil en EAJE et assistantes maternelles, ne représente qu'un tiers des enfants de moins de 3 ans. Les 2/3 restant sont gardés par l'entourage familial.

Pour l'Unaf, il est évident que d'autres solutions doivent être recherchées. Les enfants sont souvent les oubliés de ce type de réforme. De ce point de vue, l'Unaf se réjouit que la question des congés parentaux soit abordée dans le cadre de la concertation lancée par Adrien Taquet sur les 1000 premiers jours de la vie de l'enfant, à laquelle l'Unaf a été associée. L'Unaf souligne l'importance de la présence des parents auprès de leur enfant qui est gage de bien-être pour l'enfant lorsqu'elle est choisie.

Par ailleurs, l'augmentation de quelques jours jusqu'à un mois du congé paternité ne suffira pas à traiter de la question de l'implication des pères. Cela passe par des réformes plus importantes. L'augmentation de l'indemnisation des congés parentaux est un point crucial non seulement vis à vis des pères mais aussi des mères qui suspendent en partie ou en totalité leur activité professionnelle pour être avec leur enfant.

L'Unaf rappelle sa proposition de créer une forme de parcours indicatif pour les parents, respectant au mieux leur souhait dans le contexte de la petite enfance :

  • un congé parental mieux indemnisé jusqu'au un an de l'enfant, avec un système incitatif pour le partage entre les deux parents,
  • des congés parentaux jusqu'aux trois ans de l'enfant et son entrée en maternelle.

Sur le plan économique, cela permettrait d'alléger le coût de l'accueil des enfants en bas âge et de redéployer les moyens sur l'accueil des enfants âgés de plus d'un an.

0.2

Jeunesse : Décret n° 2019-1424 du 20 décembre 2019 modifiant le décret n° 2016-1377 du 12 octobre 2016 portant création du Conseil d'orientation des politiques de jeunesse

lun, 12/23/2019 - 09:30
Présence de nouveaux membres au sein du conseil d'orientation des politiques de jeunesse et tient compte de la suppression de la fonction de haut-commissaire à l'engagement civique et de celle de délégué ministériel aux missions locales. Voir en ligne : http://intradoc.unaf.fr/exl-php/vue...

Pages