S'abonner à flux Les News de l'UNAF Les News de l'UNAF
L'UNAF est l'institution nationale chargée de promouvoir, défendre et représenter les intérêts de toutes les familles vivant sur le territoire français, quelles que soient leurs croyances ou leur appartenance politique. Elle anime le réseau des 100 Unions Départementales des Associations Familiales (UDAF) et des 22 Unions Régionales des Associations Familiales (URAF), et les appuie dans leurs missions institutionnelles et de services aux familles.
Mis à jour : il y a 7 heures 25 min

Tout le mois de décembre, l'Unaf lance une opération nationale pour dire « merci » aux bénévoles suivie par le réseau Udaf-Uraf et les associations familiales

mar, 12/10/2019 - 12:04

Depuis le 5 décembre, date de la journée mondiale du bénévolat, et durant tout le mois, le réseau Unaf-Udaf-Uraf et ses associations familiales membres se mobilisent pour organiser des actions de remerciements, de formations, de valorisation des bénévoles familiaux sous le slogan « merci pour les familles ».

Cette opération a pour objectif de rendre visible le sens de l'engagement de ces bénévoles, indispensables à la cohésion sociale du pays, d'encourager de nouvelles personnes à rejoindre le mouvement familial mais aussi de dire aux familles et aux pouvoirs publics que le soutien qui leur est apporté ne pourrait exister sans eux.

Lire en rappel le communiqué de presse de l'Unaf

Pour en savoir plus suivre le hashtag #mercipourlesfamilles et le compte facebook @mercipourlesfamilles

1

L'Unaf dans les médias

mar, 12/10/2019 - 12:04
Presse nationale

Le Parisien – 04/12/2019 - L'Unaf citée dans l'article : « Réforme des retraites : les femmes « grandes gagnantes » ? Pas si sûr… ».

Mediapart – 04/12/2019 – « Écrans et tout-petits : renforcer l'offre d'activités alternatives aux écrans ».

ASH du 06 décembre 2019 interview de Marie-Andrée Blanc, Présidente de l'Unaf : « Développer la médiation familiale en milieu carcéral »

Le Journal du Dimanche – 09/12/2019 – Marie-Andrée Blanc, Présidente de l'Unaf citée dans la TRIBUNE. « Une politique cohérente pour les majeurs protégés ».

Marie-Claire - 09/12/2019 – L'Unaf citée dans l'article : « 170 euros par enfant ».

Dans les régions

La République de Seine & Marne du 2 décembre 2019 : Udaf Seine-et-Marne : Cinq points Conseil Budget pour accompagner les ménages en difficulté

Le Petit Journal 82 du 2 décembre 2019 : Udaf du Tarn-et-Garonne : Un combat de tous les jours

La Nouvelle République du 3 décembre 2019 - Uraf Centre-Val de Loire : Point conseil budget : prévenir le surendettement

La Dépêche du 4 décembre 2019 - Udaf des Hautes-Pyrénées : Point Conseil Budget : un outil de prévention du surendettement

La Provence du 5 décembre 2019 : Udaf des Bouches du Rhône : Etre aidant, c'est forcé et naturel : ÊTRE

La Montagne du 5 décembre 2019 - Udaf du Cantal : Ls écrans : user mais n pas abuser

L'Echo du Berry du 5 décembre 2019 : Udaf de l'Indre : L'objectif du Point Conseil Budget est d'agir avant le surendettement

Conférence ACPR et AMF : Participation de l'Unaf à la table ronde « Protéger nos aînés : besoins et spécificités de la clientèle senior »

mar, 12/10/2019 - 12:02

La Présidente de l'Unaf, Marie-Andrée Blanc a participé, le 4 décembre dernier, au Palais Brongniart, à une conférence organisée par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et l'Autorité des marchés financiers (AMF) qui se tenait sur le thème « Comprendre les défis d'aujourd'hui pour mieux protéger le client demain ». Lauriane Sochon, chargée de mission au pôle « Protection et droits des personnes » l'accompagnait.

Elle est plus particulièrement intervenue à la table ronde « Protéger nos aînés : besoins et spécificités de la clientèle senior », animée par Claire Castanet, directrice des relations avec les épargnants (AMF).

A ses côtés, participaient :

  • Maître Jean-Pierre Prohaszka, président du 116e Congrès des notaires de France
  • Natalie Lemaire, responsable internationale de la primauté des intérêts clients, Direction conformité, BNPP
  • Hélène Jacquemont, présidente, Fondation Médéric Alzheimer

Après avoir rappelé brièvement le rôle et les missions et actions conduites par le réseau Unaf-Udaf-Uraf et des associations familiales, Marie-Andrée Blanc est revenue sur la place centrale qu'est la protection des aînés, rappelant que leur « bientraitance » et leur accompagnement sont, et doivent être, une préoccupation majeure d'une société démocratique telle que la nôtre. La question de l'inclusion est au cœur des préoccupations.

En effet, depuis plusieurs années, l'Unaf constate que le vieillissement et la dépendance, sont devenus, au-delà de l'enjeu de société, un véritable risque familial, source d'anxiété pour les familles.

La question de la prise en charge de la dépendance est l'objet de réflexions et de nombreux rapports. L'Etat et le législateur prennent la mesure de l'urgence de réformer notre système.

Récemment, une concertation menée par le Gouvernement sur le grand âge et l'autonomie a été menée en vue d'un projet de loi pour début 2020, pour laquelle l'Unaf a fortement contribué. Le rapport « Libault », qui en est issu, dégage 10 propositions clés pour « passer de la gestion de la dépendance au soutien à l'autonomie ». Il souligne l'urgence de prendre des mesures pour accompagner les personnes « âgées » et appelle à une réforme profonde de la prise en charge du grand âge.

L'Unaf a fait part au secteur financier d'un constat fort du rapport : « toutes (les mesures proposées) exigent (…) une prise de conscience forte, de l'ensemble des acteurs et de la société dans sa globalité, de l'impératif de la construction de réponses dignes aux enjeux du grand âge. »

La Présidente de l'Unaf a ainsi sensibilisé les professionnels présents sur le fait que cette charge est une responsabilité qui incombe à chacun d'entre nous.

Pour ce faire, l'inclusion et la prise en compte des vulnérabilités sont nécessaires dans notre société qui se fonde sur des valeurs démocratiques et les droits fondamentaux. L'Unaf a ainsi formulé plusieurs propositions exigeant l'inclusion des personnes, à fortiori dans un contexte de dématérialisation et de digitalisation massive qui peut être aussi un facteur d'isolement et d'accroissement de la dépendance.

Quel est le rôle des familles dans l'accompagnement des personnes âgées, en particulier celles en perte d'autonomie et les actions de l'Unaf pour mieux les accompagner ?

Les familles sont les premières touchées par l'impact du vieillissement et sont les premiers acteurs de la prise en charge de la dépendance. Toutefois, elles se trouvent bien souvent isolées et ne peuvent tout supporter seules. C'est un devoir de tous, de la collectivité publique mais aussi des institutions et organismes privés.

1) L'accompagnement des familles des personnes dépendantes : une nécessité absolue

L'Unaf a développé plusieurs services pour aider les familles à faire face à ce risque familial :

  • Dans l'aide à l'apaisement des conflits familiaux : l'Unaf travaille avec les pouvoirs publics sur un projet permettant un accompagnement des familles pour apaiser ces conflits. La bonne entente familiale contribue indéniablement à une meilleure prise en charge de la personne et de son accompagnement.
  • Sur l'anticipation et l'organisation de la vulnérabilité : le réseau Unaf-Udaf s'investit dans le développement du mandat de protection future, outil d'anticipation de la dépendance et qui assure une sérénité pour le mandant. Outre l'organisation financière anticipée, il peut être un moyen d'éviter les conflits familiaux.
  • Dans la prise en charge financière de la vulnérabilité par les familles : Elle engage financièrement la famille en tant qu'obligés alimentaires. Le rapport Libault, comme l'Unaf, préconise le maintien de ce devoir familial. Cette solidarité familiale a du sens : elle est complémentaire de celle de la collectivité publique. Toutefois, un travail doit être mené pour accompagner ces familles dans la mise en œuvre de cette obligation. Des Udaf travaillent avec des tribunaux, en particulier les Juges aux Affaires Familiaux, pour améliorer les répartitions financières entre les obligés.

2) Pour les personnes en situation de vulnérabilité : Une inclusion urgente est nécessaire

  • Le Risque d'exclusion numérique
    Les services bancaires sont essentiels à la vie en société, depuis que l'Etat a massivement bancarisé les Français. La relation avec son banquier est un véritable vecteur de lien social pour une partie de la population, en particulier les personnes âgées attachées à leur agence de proximité. Or la banque se digitalise, et ce plus vite que l'ensemble des Français.

En tant que premier opérateur associatif dans l'accompagnement des personnes protégées, qui sont pour beaucoup des personnes âgées et/ou dépendantes, l'expérience de terrain du réseau Unaf, Udaf, Uraf, montre que toute une partie de la population ne rentre pas dans ce mouvement, et ne le fera jamais (personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, situation de handicap mental, dépendance, peur du progrès…). Cette politique de dématérialisation absolue engendre de nouvelles formes d'exclusion, dont il faut impérativement tenir compte.

Face au choix des établissements financiers de poursuivre leur dynamique de digitalisation, l'Unaf alerte depuis plusieurs années sur le fait qu'il est impératif que l'ensemble des institutions privées et publiques, prennent conscience des multiples fragilités qui existent et qui contribuent à l'exclusion pure et simple de plusieurs millions de nos concitoyens. Le numérique doit être accessible à tous ! Il ne doit pas être générateur de fracture sociale ! Les Udaf mesurent et assument déjà les effets négatifs de la dématérialisation pour les personnes vulnérables.

Plusieurs recommandations peuvent limiter ce phénomène d'exclusion, voire instituer une société réellement inclusive.

Les Préconisations de l'Unaf pour le secteur financier

Les services bancaires sont essentiels à la vie en société, depuis que l'Etat a massivement bancarisé les Français. La relation avec son banquier est un véritable vecteur de lien social pour une partie de la population, en particulier les personnes âgées attachées à leur agence de proximité. Or la banque se digitalise, et ce plus vite que l'ensemble des Français.

L'Unaf a présenté, lors de cette conférence, des propositions concrètes pour permettre une inclusion des personnes dépendantes, et plus globalement celles en situation de vulnérabilités. Ces mesures « faciles » à mettre en œuvre doivent être adoptées et soutenues par le secteur financier dans les plus brefs délais. D'autant plus que l'intervenante à cette table ronde de BNP Paribas a indiqué que ce « type » de clientèle représente actuellement 20% de ses clients et 25% des avoirs.

La formation des professionnels : il est important de sensibiliser les professionnels aux difficultés rencontrées par les personnes en perte d'autonomie ou en dépendance, et sur des postures éthiques. Cette ambition pourrait être portée par l'ACPR et l'AMF avec le soutien des associations spécialisées dans l'accompagnement telles que les Udaf afin de permettre d'améliorer l'accompagnement de la clientèle senior

Créer et proposer des produits adaptés aux personnes âgées et ne pas leur soumettre de manière systématique des produits qui ne répondent pas à leurs besoins

Délivrer une information adaptée : langage souvent non adapté, peu compréhensible et difficile à décrypter pour les personnes âgées. Des moyens simples et efficaces existent et doivent être mis en œuvre : Délivrer l'information en FALC (facile à lire et à comprendre) ; élaborer des informations écrites en police lisible, car trop souvent petites pour les personnes âgées ; etc.

Elaborer une charte éthique reprenant les bonnes postures à adopter par les professionnels de banque face à une personne âgées en difficulté de compréhension.

Pour les personnes protégées (tutelle, curatelle, …) qui représentent des milliers de personnes âgées, des efforts par les établissements financiers sont indispensables pour que soient respectés leurs droits. La méconnaissance du régime juridique conduit à des situations inquiétantes.

Enfin, d'autres options que le digital doivent perdurer, car même avec un accompagnement, certaines personnes ne seront jamais en mesure de se passer de l'accueil physique. Des guichets par exemple doivent être maintenus, comme des alternatives toujours possibles.

A plusieurs reprises, l'Unaf a transmis ces propositions et d'autres, aux pouvoirs publics, mais également à l'ACPR et à l'AMF.

L'Unaf, participe aux groupes de travail organisés par l'ACPR et l'AMF pour améliorer les pratiques du secteur financier auprès de sa clientèle « senior ». Cette dynamique de l'amélioration de l'accompagnement et de l'inclusion des personnes âgées dans le secteur bancaire et assurantiel doit être poursuivi. En effet, il est primordial que des mesures concrètes soient prises au regard de l'enjeu démographique et de la prise en charge du vieillissement.

Rappel du programme en ligne ici

1

L'Unaf est intervenue aux journées nationales des associations SOS Familles Emmaüs

mar, 12/10/2019 - 12:01

L'Unaf, représentée par Soisic Rivoalan, chargée de mission au pôle « Economie - Consommation - Emploi », est intervenue le 26 novembre 2019 aux journées nationales des associations SOS Familles Emmaüs. Ces 57 associations spécialisées dans la lutte contre le mal-endettement ont pour cœur de mission l'octroi de prêts d'honneur, véritable alternative au crédit renouvelable.

A cette occasion, l'Unaf a présenté le processus de déploiement des Points conseil budget et la place des Udaf dans cette dynamique. Les bénévoles de SOS Familles Emmaüs ont exprimé la volonté de créer plus de liens dans leurs départements respectifs avec les Udaf. Leurs services étant potentiellement complémentaires aux missions des Points conseil budget.

Rappelons qu'en 2019, après la publication d'un appel à manifestation d'intérêt, l'Etat a labellisé 150 Points Conseil Budget dans 8 régions. Les Udaf ont obtenu 65 labels, faisant du réseau des Udaf le 1er réseau d'accompagnement budgétaire. L'expertise du réseau Unaf-Udaf-Uraf en matière d'accompagnement budgétaire a ainsi été reconnue.

Communiqué de presse Unaf.

Pour en savoir plus

@ : srivoalan unaf.fr

2

Commission démographie du CNIS - réunion du 28 novembre 2019

mar, 12/10/2019 - 12:01

L'Unaf a pris part le 28 novembre 2019 à la réunion de la Commission Démographie et questions sociales du Conseil national de l'information statistique (CNIS), qui devait juger de l'opportunité de lancer cinq enquêtes :

  • Enquête sur la santé et les consommations lors de l'appel de préparation à la Défense
  • Enquête Autonomie 2021 et 2023 (qui interrogera notamment plusieurs milliers d'aidants familiaux de personnes de tous âges)
  • Enquête régionale sur le sport à La Réunion
  • Enquête nationale sur les conditions de vie des étudiants
  • Etude de santé déclarée en population suite à l'incendie des entreprises Lubrizol et Normandie Logistique

L'Unaf, membre du CNIS, a pris la parole à chaque présentation, en demandant notamment aux équipes qu'un souci particulier soit apporté à la bonne connaissance du niveau de vie des personnes interrogées, et donc de la connaissance précise de leurs ressources et la composition précise de leur foyer (nombre et âge des enfants en particulier).

Sur trois des cinq enquêtes présentées pour avis d'opportunité, l'Unaf a demandé que les enfants soient inclus dans le champ de l'enquête, si besoin par interrogation des parents.

Lire sur le site du CNIS les documents relatifs à la réunion

2.5

Participation aux travaux du référentiel commun au secteur Établissements et Services Sociaux ou Médico-Sociaux (ESSMS), pilotés par l'HAS

mar, 12/10/2019 - 12:00

L'Unaf a réuni les directeurs des Udaf le 11 octobre dernier. A l'occasion de cette rencontre, l'Unaf avait invité la Directrice de la qualité de l'accompagnement social et médico-social à la Haute-autorité de santé (HAS), Madame Ghadi, à venir présenter la réforme de l'évaluation des établissements et services sociaux et médico-sociaux.

C'est dans ce cadre que deux Directeurs d'Udaf ont été à ce jour retenus, pour participer aux travaux d'élaboration du référentiel commun au secteur Établissements et Services Sociaux ou Médico-Sociaux (ESSMS), pilotés par l'HAS, lors d'un appel à candidatures :

  • Groupe n°6 : « Participation à la vie sociale, à la vie culturelle et ouverture sur la cité, dont l'accès à la culture, aux loisirs, l'ouverture à et sur l'environnement, la lutte contre l'isolement… » - Catherine Michon, Udaf 01
  • Groupe n°8 : « Stratégie ESSMS, projet de service, contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens -CPOM- … » à Stéphane Michelin - Udaf 82

Rappelons que l'Unaf, représentée par Michel Fohrenbach, administrateur, et Agnès Brousse, coordonnatrice du pôle « Conventions d'objectifs - évaluation des services » est membre actif du Comité de concertation de l'HAS.

3

Lieu d'Accueil Enfant Parent : l'Unaf a participé à la journée d'étude du réseau national des réseaux locaux LAEP

mar, 12/10/2019 - 11:58

L'Unaf, représentée par Zoé Bernon, chargée de mission, a participé à la Journée d'études du réseau national des réseaux locaux LAEP [1] : « Etre accueillant en LAEP, Supervision, analyse des pratiques ? Bien plus qu'une obligation, une nécessité » organisée au Conseil départemental de l'Hérault, à Montpellier, le 29 novembre dernier.

L'objectif de ce colloque était de donner des clés de compréhension sur l'exigence de séances d'analyse de la pratique et/ou de supervision des accueillants en LAEP prévue par le référentiel national de la CNAF sur les lieux d'accueil enfants-parents.

Le réseau national des réseaux locaux LAEP piloté par l'association le Furet est un réseau qui regroupe depuis 2015 des réseaux existants ou émergeants de Laep, des collectifs, des associations, ainsi que les institutions (Caf, les Conseils départementaux) et tout acteur concerné par les LAEP. L'intégration de l'Unaf dans ce réseau national intervient suite à la volonté de sensibiliser et d'inciter les Udaf et les associations familiales au développement de ces structures.
Il est prévu d'ici 2022, la création de 500 LAEP supplémentaires par la COG Etat-CNAF 2018-2022. A ce jour, seuls 361 projets de création sont identifiés par les Caf et verraient le jour d'ici la fin de la COG.

Pour rappel, les LAEP sont des lieux de socialisation où des accueillants reçoivent les parents et leurs enfants âgés de 0 à 6 ans pour des temps conviviaux de jeux et d'échanges de manière (intégration d'un espace) anonyme, gratuite et sans inscription préalable. L'accueillant est un professionnel ou un bénévole formé à l'écoute et à une posture particulière garantissant un accueil sans jugement.

Le référentiel national de la CNAF sur les LAEP prévoit en plus d'une formation
obligatoire à la posture d'accueillant, une participation obligatoire des accueillants à 8 heures par an d'analyse de pratique et/ou de supervision. Ces « espaces de liberté de dire » permettent aux accueillants d'expliciter les relations établies avec les familles accueillies et les difficultés rencontrées tout en les faisant réfléchir sur les attitudes à développer vis-à-vis des autres membres de l'équipe.

Marie-Nicole Rubio, Présidente de l'association « Le Furet », a introduit cette journée en rappelant l'intérêt d'explorer cette pièce essentielle du fonctionnement des LAEP qu'est la supervision et l'analyse de la pratique des accueillants, un sujet jamais traité d'une manière spécifique, tout comme la question de l'anonymat.

Cette journée riche et constructive a libéré les paroles de superviseurs et d'accueillants qui ont décortiqué l'enjeu de « ces temps où l'on se penche sur… » et « où se tisse l'équipe en tant que telle dans la pluralité de regards singuliers ». Une accueillante du LAEP « la Bulle Rose » à Toulouse, a par exemple livré son expérience d'accueil avec une accueillante malentendante et les difficultés du rapport à la langue rencontrées dans ce binôme. Les séances d'analyse de la pratique lui ont ainsi permis de comprendre l'effet de leurs différences et de mettre du « liant ». D'autres accueillants ont mis en évidence que la supervision protégeait également du burn out et des réactions à chaud face à certaines situations parfois violentes et injustes auxquelles ils sont confrontés avec des parents parfois dépassés et négligeants.

Des superviseurs aux parcours pluriels ont présenté la manière dont ils envisagent ces temps de supervision qui permettent à chaque professionnel de réfléchir sur ce qu'il met en jeu dans sa pratique mais aussi la création de liens entre les membres de l'équipe et une mise à distance des situations complexes. Tous s'accordent à dire que le recentrage sur le « ici et maintenant » permet aux accueillants professionnels qui connaissent les situations des accueillis dans d'autres contextes de prendre du recul et comprendre la nuance de ce qu'ils observent de la pratique.

Nelly Morgotton, une superviseuse philosophe, a expliqué comment elle a introduit la philosophie dans les réunions d'analyse de pratique pour parler « des maux et des mots ». Cette approche permet, selon elle, de tirer des enjeux universaux de situations concrètes pour ensuite appréhender les choses avec plus de hauteur, de confiance et de recul.

Sylviane Giampino, Présidente du Haut conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge a rappelé que les LAEP étaient des dispositifs indispensables. Selon elle, le moment de supervision peut s'assimiler à une séance de psychanalyse qui permet au patient de distancer une situation complexe pour vivre une autre scène.

Jeanne Moll, co-auteure de Pédagogie et psychanalyse et présidente d'Honneur de l'AGSAS (Association des groupes de Soutien au Soutien) s'est intéressée à la compréhension des relations complexes de manifestation de la psyché dans les relations humaines. Son approche psychanalytique permet aux accueillants d'imaginer comment l'autre se ressent et de faire des hypothèses sur la façon dont l'autre se vit intérieurement afin de construire de l'empathie menant à la rencontre avec l'autre.

Enfin, Isabelle Pillot-Perronet, superviseuse et formatrice a rendu compte de son approche de la supervision au service du projet du LAEP qui bénéficie à tous ; aussi bien aux accueillants, à l'équipe mais aussi aux familles ! La supervision et l'analyse de la pratique permettent ainsi des ajustements dans la posture d'accueillants et de fabriquer du commun autour de problématiques situationnelles en s'appuyant sur les émotions de l'équipe.

« L'être humain est à la hauteur de la confiance qu'on lui accorde », Jean-Paul. Levana ou Traité d'éducation, Revue française de pédagogie, 1984

Le programme de la journée

Le référentiel de la CAF sur les LAEP

[1] Lieu d'Accueil Enfant Parent

4

L'Unaf a tenu sa journée nationale Assurance maladie

mar, 12/10/2019 - 11:57

Le mardi 4 décembre 2019, l'Unaf a tenu sa journée nationale Assurance maladie, introduite par Marie-Pierre Gariel, Présidente du pôle Protection Sociale – Santé et Stéphane Bernardelli, représentant d'usager à la CNAM et administrateur Unaf.
L'Unaf a ainsi accueilli une vingtaine de représentants d'usagers dans les CPAM et MSA.

Quatre thèmes ont conduit à de nombreux échanges et réflexions au cours de cette journée :

Une présentation de la réforme des dispositifs d'aide à la complémentaire santé par Mahé Cauchard et Sara Donati du Fonds de la Complémentaire santé solidaire ;

Un échange sur le numérique dans l'assurance maladie, avec une intervention de Claire Herin-Gillier de l'Udaf du Calvados sur les problématiques rencontrées par les majeurs protégés et une intervention de Romain Bégué du cabinet délégué à la gestion et à l'organisation des soins à la CNAM pour échanger sur la stratégie de transformation numérique mise en place par l'Assurance maladie.

Lors de ces deux interventions ont été abordés le DMP, dossier médical partagé, le compte Améli, la e-prescription et la carte vitale dématérialisée.

Le Professeur Joël Moret Bailly, référent déontologue, est intervenu pour échanger sur les conflits d'intérêt auxquels peuvent être confrontés les représentants d'usagers dans les commissions de la CPAM.

Enfin, un point a été fait sur le PLFSS par Céline Bouillot, chargée de mission Assurance Maladie et Aidants familiaux à l'Unaf.

@ : cbouillot unaf.fr

5

Avec une moyenne de 32,3 h par semaine, les parents vivant avec 2 de leurs enfants sont la catégorie qui consacre le plus de temps au travail rémunéré

mar, 12/10/2019 - 11:53

En France, selon l'enquête emploi, aux âges où ils sont le plus souvent actifs (soit entre 25 et 54 ans), les individus consacrent en moyenne 32,3 heures par semaine au travail rémunéré s'ils vivent avec deux de leurs enfants. C'est davantage que s'ils vivent sans enfant (31,3h) ou avec un seul enfant (31,8 h). Vivre avec 3 enfants réduit cette durée à 29 heures, et à 19,9 heures au-delà de 3 enfants.

Source : enquête emploi 2014, exploitation UNAF.

5.5

Actualités législatives du 2 au 6 décembre 2019 : loi de financement de la sécurité sociale pour 2020

mar, 12/10/2019 - 11:52

Le 3 décembre dernier, les députés ont adopté définitivement le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020. Plus de 60 sénateurs ont saisi le Conseil constitutionnel sur ce texte le 4 décembre et plus de 60 députés l'ont également saisi le 6 décembre.

Parmi les articles soumis à l'examen des sages, il est à noter la saisine sur l'article 81 relatif à la sous-indexation des prestations familiales et plus globalement des prestations sociales à 0,3% pour 2020. Lire en rappel, le communiqué de presse de l'Unaf qui avait réagi sur ce sujet.

La motivation pour juger inconstitutionnel cet article s'appuie sur le fait qu'il contrevient clairement au 11e alinéa du préambule de1946 qui précise que les moyens d'existences assurés par la Nation doivent être « convenables ». En effet, en considérant que la revalorisation du montant des prestations de retraites et des prestations familiales sera plus faible que l'évolution de l'indice des prix, le présent article constitue une atteinte disproportionnée à ce principe au regard de l'objectif poursuivi.

Pour rappel, aux termes du 10e alinéa du Préambule de la Constitution de 1946, la Nation « assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement ». Aux termes du 11e alinéa du Préambule de la Constitution de1946, la Nation « garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence ».

@ : cmenard unaf.fr

5.5

Sparadrap : challenge de dessins ouvert à tous les enfants jusqu'au 5 janvier 2020

mar, 12/10/2019 - 11:51

L'association Sparadrap, avec laquelle collabore depuis de très nombreuses années l'Unaf, a lancé un concours de dessin à destination des enfants.

L'objectif est de donner la parole aux enfants pour sensibiliser le plus grand nombre de personnes aux effets « désirables » de la présence des proches auprès des enfants soignés ou hospitalisés.

Cette action s'inscrit parfaitement dans la philosophie des recommandations que vient de publier la Fédération Hospitalière de France (FHF) dans le cadre d'un guide sur l'hospitalisation des enfants, à l'élaboration duquel l'Unaf a largement contribué.

Ce challenge est ouvert à tous les enfants qui le souhaiteraient. Pour y participer, il suffit de cliquer ici !

@ : nbrun unaf.fr

6

Bienvenue dans le réseau

mar, 12/10/2019 - 11:48
2

PJM : l'Unaf, la Fnat et l'Unapei signent une tribune dans le JDD et appellent à nommer un délégué interministériel

mar, 12/10/2019 - 11:38

Les présidents des 3 fédérations, la Fnat, Ange Finistrosa, de l'Unaf, Marie-Andrée Blanc, et de l'Unapei, Luc Gateau, attirent l'attention des pouvoirs publics sur l'urgence d'une politique publique cohérente pour la protection juridique des majeurs. Dans une tribune parue le 8 décembre 2019 dans le journal hebdomadaire « JDD » (Le Journal du Dimanche), ils appellent à nommer dans les meilleurs délais un délégué interministériel pour donner « plus d'efficience à la politique publique de protection juridique des majeurs ».

La protection juridique des majeurs, nécessaire à la protection des plus fragiles et à la cohésion sociale est pourtant peu visible et souvent mal considérée.

En effet, entre Justice, protection sociale, et santé, elle manque d'une politique publique claire.

En conséquence, elle fait face à un manque de reconnaissance des pouvoirs publics, à un sous-financement notoire, qui entraîne des difficultés récurrentes dans la mise en œuvre de sa mission.

Alors que le nombre de majeurs protégés va croître fortement, l'Inter fédération de la Protection Juridique des Majeurs (FNAT, UNAF, UNAPEI) appelle le gouvernement à mettre un pilote dans l'avion de la protection juridique des majeurs par la nomination d'un délégué interministériel.

→ Lire la tribune parue au JDD « Déjà 1 million de majeurs protégés : ces personnes vulnérables méritent enfin une politique cohérente » de l'Inter fédération de la Protection Juridique des Majeurs (FNAT, UNAF, UNAPEI) :

0.5

Pjm Udaf 42 : une grille d'évaluation pour définir « la graduation et la charge d'une mesure de protection »

mar, 12/10/2019 - 11:34

Le 20 novembre 2019, en collaboration avec les juges du contentieux de la protection, Mme Arbault (Tribunal Judiciaire de Saint Etienne), M. Vernotte (Chambre Judiciaire de Montbrison) et M. Retailleau (Tribunal Judiciaire de Roanne), l'Udaf de la Loire a finalisé son projet de grille d'évaluation, après une approche terrain, réalisée spécifiquement via des ITEMS généraux, pour définir la « Graduation et la Charge d'une mesure de protection » et par la même les situations dites « complexes » liées à différents facteurs sociaux, santé, logement, familiaux, financiers, juridiques, …

Aujourd'hui, l'enjeu pour l'Udaf de la Loire est de mettre en évidence et de mesurer tant quantitativement que qualitativement, l'accompagnement social proposé par nos mandataires.

A terme, son rôle, sera de graduer en temporalité et en priorité nos accompagnements.

En savoir plus

@ : Laurianne.MICHALET udaf42.fr

1

Pages